Précédent
Index du Forum Forums Thyroïde Basedow Basedow et émotions
Sujet: [url=t54545] 

Basedow et émotions

[/url].
dans le forum: 
Page 1 sur 1
Poster un nouveau sujet: 
 

Répondre au sujet Basedow et émotions Cette fonction est uniquement disponible pour les utilisateurs Surveiller les réponses de ce sujet Cette fonction est uniquement disponible pour les utilisateurs
Auteur Message
LouSLZhors ligne
Inscrit le: 04.10.17
Messages: 2
non spécifié
Message:

MessageBasedow et émotions

 (p465104)
Posté le: 04. Oct 2017, 18:56
Répondre en citant

Bonjour à tous,
a 22 ans et après des années a souffrir avant de pouvoir mettre des mots sur ce qui m'arrivait, on m'a diagnostiqué Basedow en Aout dernier.
Je suis sous Propylex et Athénolol depuis.
Au dela des symptomes classiques tels que la tachycardie, les tremblements, les bouffées de chaleurs, le goitre etc au niveau émotionnel ma vie se complique. Je suis nerveuse, triste et épuisée. Mais surtout j'ai cette sensation de ne pas être moi-même, comme enfermée. J'ai des crises d'angoisse sur mon avenir, sur mes choix , sur tout ce qui fait ma vie en réalité. Mon couple en souffre beaucoup, je ne suis plus sure de rien alors que mon chéri est irréprochable.
Ces "troubles du comportements" peuvent ils être liés a cette maladie?
Je vous remercie par avance de vos retours, je cherche a comprendre ce qu'est cette maladie pour mieux la vivre.
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: LouSLZ Basedow et émotions
cahincahahors ligne
Inscrit le: 07.11.08
Messages: 501
Nodules ex Basedow
Banlieue parisienne
féminin
Message:

Message

 (p465112)
Posté le: 04. Oct 2017, 20:34
Répondre en citant

Bonsoir Lou

Oui, je suppose que oui... Basedow crée des angoisses et des troubles de l'humeur.
Tu as pas mal d'explications dans les FAQ sur Basedow. Peut être serait il une bonne chose que ton ami les lise...
Il va vous falloir de la patience à tous les deux le temps que tu ailles mieux avec le traitement.
N'hésite pas à donner le résultat de tes analyses (avec les normes) et la suite de ton évolution ici.

Bien amicalement,
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: cahincaha
liiihors ligne
Inscrit le: 12.09.17
Messages: 5
Cancer de la thyroïd...
Reims
féminin
Message:

Message

 (p465116)
Posté le: 04. Oct 2017, 20:54
Répondre en citant

Bonjour, par rapport à mon expérience je dirais que ces problèmes sont bien liés aux hormones, ou déséquilibre hormonal plutôt. Pour ma part au début, que ce soit en hyper ou hypo, j'avais des changements de perception, je réagissais différemment, impatience, irritabilité, problèmes de mémoire, sensation d'être à l'ouest, très sensible (alors qu'avant non), impossibilité de me projeter, de voir les choses clairement pour l'avenir, etc (et ce n'est pas vraiment dans la catégorie "trouble du comportement" mais aussi baffouillements, difficultés à parler, donc ralentissement général, physique et mental). Ca m'avait perturbée au début car je ne comprenais pas bien ce qui se passait dans mon corps, je pensais devenir folle, car ça avait commencé avant que je ne sache que j'avais un cancer de la thyroïde et je ne connaissais rien à la thyroïde, et du coup je ne comprenais rien et après ça m'a fait changer de point de vue sur les maladies mentales et sur les traits de personnalité car je n'étais plus zen comme avant, etc, donc ça m'avait perturbée dans le sens où je voyais que certains traits de personnalité étaient en fait liés à certains taux (le fait d'être irritable, sensible ou au contraire pleine d'énergie et joyeuse quand tout allait bien). Maintenant pour moi c'est un peu particulier car mes symptômes restent même quand ma tsh est ok (mais ça ne dure pas longtemps, et sinon t3 bas mais personne ne veut le voir) et ce depuis presque 3 ans (sinon pb de thyroide depuis 7 ans avec juste qqsemaines de répit fin 2014; au tout début beaucoup trop dosée, j'étais tout le temps en hyper car lévo 200 alors qu'au final je varie autour de 87.5/100). J'avais donc eu une période en 2014 où tout c'était arrangé et l'espace de qqsemaines, plus de blocages, tout était clair dans ma tête, plus dans le brouillard, à ce moment là je pouvais me projeter etc, j'étais pleine d'énergie, tout était parfait, mais ça n'a duré que 6 semaines environ (alors qu'il n'y avais aucun changement dans ma situation donc pas cause psy). Maintenant tout est au ralenti et hâte de revenir à un état "normal", de ne plus être fatiguée tout le temps, marre de ne pas avoir d'énergie et de devoir me forcer pour tout (sans parler de tous les autres symptômes d'hyper et/ou hypo). En tout cas bon courage, c'est difficile de ne pas avoir de contrôle sur son corps, que ce soit au niveau physique ou mental. Je fais aussi des crises d'angoisse des fois car trop fatiguée pour faire quoi que ce soit, même regarder une série à la tv ou autre, mais je n'arrive pas à dormir même si mon corps me "lâche" et que je doive m'allonger dans la journée avec les yeux qui se ferment, mais voilà ces moments là sont trop fréquents et le temps est long, sans force pour faire quoi que ce soit d'où les genres de crises d'angoisse, je ne sais pas si c'est ce genre de crise pour toi. Désolée je crois que je suis partie un peu dans tous les sens, j'espère que ça te permet de faire un parallèle avec ce qui se passe pour toi.
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ecrire un message dans le livre d'or Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: liii
LouSLZhors ligne
Inscrit le: 04.10.17
Messages: 2
non spécifié
Message:

Message

 (p465125)
Posté le: 04. Oct 2017, 21:48
Répondre en citant

Merci pour vos deux réponses. Cela me permet de relativiser un peu.

Liiii ton message me parle beaucoup ... en effet avant d'être diagnostiquée j'ai passé des mois a souffrir dans mon coin. Avant cela, il y a 4 ans j'ai eu les mêmes symptomes et une perte de 10kg en 3 semaines (j'avais fini a 45kg pour 1m65...) j'ai fais tous les corps de medecine possibles sauf endocrino parceque personne n'avait poussé jusque la mais aujourd'hui je pense qu'il s'agit du même problème.
j'avais réussi a retrouver mes 55kg grace a mon ami finalement.
Cette fois ci après 10 medecins différents,a nouveau -9kg en deux semaines et une nuit aux urgences ou on m'a traité de folle en me conseillant d'aller au service psychiatrique bien qu'un gros gros goitre avait été immédiatement repéré sur mon cou, on a réussit a comprendre. Je suis un cas "particulier' aussi puisqu'il s'agit d'une hyperthyroidie frustre. Mes taux sont relativement dans la norme bien que basse aussi (mais comme toi personne ne le voit), nodules a l'échographie et c'est finalement la scintigraphie qui a mit en evidence la maladie qui debarquait avec ses grosses bottes.
Je m'égare aussi mais ca fait en réalité beaucoup de bien de discuter avec des gens qui comprennent ...
Aujourd'hui je me prepare a passer un concours et je m'endors pendant mes cours alors que ca ne m'est jamais arrivé ! et la nuit, impossible de dormir sans cachet... et tous les symptomes que tu evoquent me parlent tous! la fatigue, les tremblements, le fait de beaucoup chercher ses mots, impossibilité de me projeter alors que j'ai attendu ce concours si longtemps ...
Prends tu toujours du levo ?
C'est dingue de rester comme ca si longtemps ...
J'espère que tu pourras te porter mieux et te remercie vivement de ton temoignage ! Nous ne sommes finalement pas folles !
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: LouSLZ
liiihors ligne
Inscrit le: 12.09.17
Messages: 5
Cancer de la thyroïd...
Reims
féminin
Message:

Message

 (p465128)
Posté le: 04. Oct 2017, 22:03
Répondre en citant

merci à toi. oui nous ne sommes pas folles et il faut apprendre à se faire confiance, pour moi je me dis que c'est mon corps qui déprime et pas moi directement, enfin dans le sens où je sais que c'est lié aux hormones et que je n'ai aucun contrôle dessus, ce n'est pas en se disant que ça va aller mieux que ça ira. le "quand on veut on peut" ne s'applique pas quand on a des problèmes de santé. je suis toujours sous levo (thyroïdectomie totale en février 2011), là 2 jours 87.5 un jour 100 car dernièrement tsh à 5.65 avec 1 jour 87.5 et 1 jour 100, et tsh à 0.09 avec 100 (et t3 à la limite basse). moi le poids c'est le contraire j'ai pris beaucoup au début avec beaucoup de variations, depuis que je ne me prive plus mon poids n'est plus aussi élevé qu'à un moment, mais beaucoup plus qu'à d'autres (je suis toujours en obésité si on regarde l'IMC) mais ça bouge encore, je ne perds que quand c'est stable, je grossie en hypo et en hyper (c'est le symptôme que les médecins voient, comme responsable de tout, alors que la fatigue physique et mentale, c'est ça le + gros problème). bon courage pour le concours, c'est difficile dans ces conditions ( idem je ne dors pas la nuit et je comate la journée).
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ecrire un message dans le livre d'or Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: liii
Heliotropehors ligne
Avatar

Inscrit le: 28.08.12
Messages: 2225
Basedow
Drôme
féminin
60+
Message:

Message

 (p465137)
Posté le: 05. Oct 2017, 06:58
Répondre en citant

Les émotions et la maladie de Basedow : vaste sujet !
Il semblerait (d'après un ponte) que j'aie été toute ma vie avec une maladie de Basedow infra-clinique. Ma seule crise, diagnostiquée comme telle, avec preuves à l'appui (TRAK en nombre, T3 et T4 bien au-delà des limites supérieures) n'a eu lieu qu'à l'époque de mes 61 ans et n'a jamais été visible cliniquement mais seulement dans les analyses sanguines. J'ai une toute petite thyroïde et quand elle est gonfle la plupart des médecins, à la palpation, la juge normale... et même la radiologue lors d'une échographie Doppler n'y a vu que du feu.
A part ça, la plupart des médecins estimaient que mes nerfs me lâchaient et moi je disais que c'était autre chose !!! Une vraie tête de mule !!! Embarassed
La bonne nouvelle, c'est que je suis en "rémission" depuis un traitement sur de longs mois entre 2011 et 2012. J'ai gardé ma thyroïde et je la cajole beaucoup pour qu'elle reste dans des normes acceptables. Je prends pas mal de vitamines et de compléments alimentaires depuis la fin du traitement. Sont-ils efficaces ? Les médecins français sont très sceptiques à ce sujet.
Difficile à dire s'ils ont raison ou tort, mais la seule fois où j'ai interrompu ma supplémentation, lors d'une période de congés, loin de chez moi, j'ai dû rentrer en catastrophe au bout d'un peu plus d'un mois, refaire mes analyses qui étaient redevenues incohérentes. J'ai alors repris mes compléments divers et variés et en quelques semaines tout est revenu à la normale.
Je dirais donc qu'après un rééquilibrage par traitement, à la fin d'une crise de Basedow, on a intérêt à se surveiller et à prendre certaines vitamines dont l'organisme a besoin. Rien ne prouve que ce soit les mêmes pour tout le monde, à part peut-être pour la vitamine D.
J'ai, en outre, bien meilleur caractère après qu'avant et pendant la maladie de Basedow. Laughing
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Heliotrope
cahincahahors ligne
Inscrit le: 07.11.08
Messages: 501
Nodules ex Basedow
Banlieue parisienne
féminin
Message:

Message

 (p465138)
Posté le: 05. Oct 2017, 07:07
Répondre en citant

Bonjour Lou

Bon... ton cas m'interpelle...
Je te raconte le mien.

Depuis l'age de mes 15 ans environ, j'ai toujours eu la tremblote facile, un poids qui variait sur quelques kilos avec une tendance à être bien mince, et des crises de jambes sans repos qui par moment étaient handicapantes.
Pas d'explication claire quand je me plaignais à mon médecin durant mon adolescence de mes tremblements des mains et de mes impatiences et j'ai fini par vivre avec.

J'ai toujours eu une vie assez décousue, alliant petits boulots et voyages.
A 40 ans je décide de passer le concours pour les études d'infirmière.
Je réussis l'écrit assez facilement, je suis donc convoquée pour l'oral (là j'ai toujours été très mauvaise)
A partir de ce moment mes mains se sont mises à trembler vraiment fort...
Je n'ai pas fais attention et je ne me rappelle plus d'autres symptômes. Mais les mains oh que oui...

On me refile un 10/20 à l'oral, on ne me jette pas complètement Smile et comme bonnes notes à l'écrit je peux même choisir mon école car bien classée dans la liste. Mes mains se calment un peu.

Une semaine avant la rentrée, je suis convoquée pour les vaccins, alors que j'en ai fais pas mal ces dernières années pour être partie faire de l'humanitaire, donc nos obligatoires français plus une panoplie d'autres, on me réinjecte nos obligatoires (que l'on m'avait fait 5 ans auparavant !) plus encore un lié à la profession.

La rentrée, tous en amphithéâtre, j'ai failli éclater de rire pendant le premier discours, affreux... la prof avait sa tenue léopard dont d'anciennes élèves parlaient sur un forum... je ne sais pas comment j'ai réussi à me retenir mais qu'est ce que j'étais mal !!!

Et puis... les premiers cours, on se prend le pouls, j'ai 120 (je suis à 60 normalement), je tremble, j'ai chaud, je commence à maigrir.
Je me dis que cela ira mieux quand je serai en stage, que je suis trop nerveuse (alternance 1 mois d'école, 1 mois de stage)

On m'envoie en stage de l'autre coté de Paris (4h en transport aller retour)
Je bouffe des tonnes de barres chocolatées, je maigris sérieusement, je transpire, j'ai chaud, des crises de diarrhées je me vide plusieurs fois par jour, les mains... pour une élève infirmière...
Et puis mes jambes lâchent, je dois me tenir à la rampe dans les escaliers du métro, je suis essoufflée au repos, je sens mon coeur battre dans tout mon corps, mes lèvres, rapide et fort...

Le stage se termine, cela fait 2 mois que j'ai commencé le cursus, et se sont les vacances de Pâques, je vais voir mon médecin effondrée en étant sûre que c'est psychologique... Analyses et je comprends enfin ce qu'il m'arrive... ma TSH est à 0,000... il était temps que je m'inquiète, d'ailleurs personne ne m'a dit d'aller voir un toubib... et pourtant dans quel état j'étais...

Voilà tout cela pour dire que je pense que ces études, plus peut être tous les vaccins en plus, ont été un déclencheur de la crise.
Je me lançais dans 3 années d'études pas facile, c'était trop de pression pour moi je crois, je n'arrivais pas à prendre les choses sereinement, ET je me privais pendant les 3 ans à venir de ma liberté !

J'ai donc fais ma première année malade et traitée, avec des fluctuations d'hyper et d'hypo, sans louper une seule journée, que j'ai validé...
Et alors que j'étais sensée être guérie, je devais redoubler la deuxième, et j'ai arrêté là... psychologiquement trop dur... je devais faire un break, mais je n'ai jamais eu le courage d'y retourner...

Je n'ai pas rechuté depuis.

Alors je ne sais pas quelles études tu entreprends, mais es tu vraiment prête à les faire ???
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: cahincaha

Page 1 sur 1
imprimer le sujet: Basedow et émotions
Sujet: 

Basedow et émotions

dans le forum: 

Répondre au sujet Basedow et émotions Cette fonction est uniquement disponible pour les utilisateurs Surveiller les réponses de ce sujet Cette fonction est uniquement disponible pour les utilisateurs
Poster un nouveau sujet: 
 
You cannot post calendar events in this forum
Précédent   Revenir en haut  
Index du Forum Forums Thyroïde Basedow Basedow et émotions


'Vivre sans thyroïde' | Home | Plan du site | Contact

Actualiser la barre de navigation     Effacer les cookies déposés par ce forum   |  Passer à la version mobile (beta)


        Designed and powered by  free-Si.de  and  all-Si.de         based  on          Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group     Traduction par : phpBB-fr.com