Précédent
Index du Forum Forums Thyroïde Basedow Moi, le conjoint ...
Sujet: [url=t30356] 

Moi, le conjoint ...

[/url].
dans le forum: 
Page 4 sur 4
Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4
Poster un nouveau sujet: 
 

Répondre au sujet Moi, le conjoint ... Cette fonction est uniquement disponible pour les utilisateurs Surveiller les réponses de ce sujet Cette fonction est uniquement disponible pour les utilisateurs
Auteur Message
yargluthors ligne
Inscrit le: 31.03.16
Messages: 4
non spécifié
Message:

MessageNous les conjoints,

 (p441023)
Posté le: 11. Déc 2016, 13:46
Répondre en citant

Bonjour Thierry,

D'abord, merci pour ton message.
Moi aussi je suis un conjoint dans la tourmente ^^ qui trouve qu'on ne parle pas assez de nous.
Elle à déclaré une maladie de Basedow à la naissance de nos 2 enfants, la dernière naissance ayant eu lieu il y a 16 mois, nous sommes en pleine rechute.
Ma posture de père est très malmenée car elle n'éprouve aucune culpabilité visible à me dénigrer devant eux. Elle relève chacune de mes erreurs d'où découle un jugement dur et sans appel et minimise tous mes (énormes) efforts.
Le pire que je puisse faire étant de me justifier ou de lui détailler la liste de mes marques d'attentions. Elle démonte tout cet argumentaire sans aucune honnêteté intellectuelle ce qui me laisse au mieux les bras ballants et la gorge serrée, au pire en prise avec une furie dévastatrice qui me pousse à casser des portes, de la vaisselle, des clés de voiture, du mobilier etc...
Ce sont ces dernières qui m'ont conduit à faire le point sur moi même et notamment régler certains problèmes de dépendance affective au sein du couple.
Mais c'est là que le bât blesse. Pour régler mes problèmes, je dois apprendre à dire non et à m'affirmer sereinement, ce qui par certains aspect, peut aller à l'encontre du soutien dont elle a besoin.
Elle perçoit comme de l’égoïsme ce qui pour ma part est un comportement salvateur. Je me ménage pour voyager plus loin et je préserve ma personnalité qu'elle tend à phagocyter, rejetant toute la faute sur moi et utilisant sa maladie de basedow pour me faire culpabiliser.
Je crains pour l'équilibre affectif de mes enfants, qui ne sont pas forcément épargnés par ses colères
Je ne sais pas si ce trait de caractère est lié à basedow ou s'il y a autre chose. Avez vous un avis ?


Dernière édition par yarglut le 14. Déc 2016, 09:35; édité 2 fois
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ecrire un message dans le livre d'or Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: yarglut Nous les conjoints,
Heliotropehors ligne
Avatar

Inscrit le: 28.08.12
Messages: 2146
Basedow
Drôme
féminin
60+
Message:

Message

 (p441076)
Posté le: 12. Déc 2016, 07:59
Répondre en citant

J'ai été vraisemblablement sujette à des périodes de Basedow à plusieurs époques de ma vie impliquant des modifications hormonales assez brusques.
La maladie elle-même n'a été diagnostiquée que très tardivement, à l'âge de la retraite dirons-nous... (La crise a été certainement plus forte que les fois précédentes...)
Je reconnais que j'ai eu des périodes très speed où je ne devais pas être facile à vivre mais j'avais un mari très flegmatique.
Quand on est traité (e) pour un Basedow en principe les choses se calment, notamment les sautes d'humeur.
Quels sont les critères biologiques qui parlent du Basedow dans le cas présent ?
Il faudrait avoir des résultats avec des normes pour engager une discussion basée sur des faits concrets.
Entre avoir du mal à se maîtriser et avoir un comportement totalement hystérique il y a quand même de la marge. Ton épouse, yarglut, est-elle bien suivie par un endocrinologue sérieux ?
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Heliotrope
yargluthors ligne
Inscrit le: 31.03.16
Messages: 4
non spécifié
Message:

Message

 (p441178)
Posté le: 12. Déc 2016, 22:40
Répondre en citant

Bonjour Heliotrope,

Merci pour ta réponse, oui, elle est suivie par un bon endocrinologue, que j'ai par ailleurs rencontré seul à seul pour lui en parler.
Comme toi il a eu l'air surpris par la persistance des sautes d'humeur et m'a promis de l'envoyer voir un psychiatre, parole qu'il a tenu.
Ce que je pense, c'est que basedow accentue un tempérament qui était déjà préalablement fort nerveux.
Ma "femme" (nous ne sommes pas mariés) a posé des distances avec sa famille, dont la mère est mesquine et égocentrique et le père est gentil, niais et soupe au lait autant que puisse l'être une victime. Elle a vécu dans un foyer sans amour (de son aveu) et a vu son père se faire humilier jusqu'à ses 17 ans où elle a pris ses cliques et se claques pour faire sa vie et tourner le dos à cet enfer.
Pour elle, le passé n'a pas a être remué, elle n'en parle jamais, il ne faut pas évoquer le sujet, c'est " réglé".
Elle est perfectionniste, vive, intelligente, mais n'a pas 2 sous de sagesse et vit dans le déni du poids de son passé.
Un déni tangible dans nos disputes et pire, après, où elle est totalement incapable de remise en question. Elle ment, fait des diversions, se terre dans le mutisme dés que je lui explique en quoi son comportement est excessif. Comportement qui est le copier/coller de sa mère (selon son frère), chose qu'elle ne peut tout simplement pas admettre.
Basedow, à mon avis, découle de ce refoulement et exacerbe ses manifestations.
La question de la limite entre le soutien que je dois lui apporter et ce que je peux tolérer reste entière.
La bonne nouvelle, c'est qu'elle avait jusqu'à présent toujours refusé de voir un thérapeute. Je commence depuis à entrapercevoir un soupçon de prise de conscience Smile
En tout cas, j'invite les conjoint(es) à s'exprimer, ça fait du bien car nous sommes les grands ignorés de cette maladie déjà méconnue^^
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ecrire un message dans le livre d'or Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: yarglut
Heliotropehors ligne
Avatar

Inscrit le: 28.08.12
Messages: 2146
Basedow
Drôme
féminin
60+
Message:

Message

 (p441192)
Posté le: 13. Déc 2016, 08:13
Répondre en citant

Une psychanalyse auprès d'un psychiatre psychanalyste (pour le remboursement c'est mieux) serait la bienvenue effectivement.
Par chance, j'en avais fait une durant mes dernières années d'étude. En partie dans le cadre de mes études, en partie pour faire le point à titre personnel. Je ne savais alors rien de la maladie de Basedow mais je crois que cela m'a aidé à surmonter chaque alerte, probablement peu sévère durant les années de jeunesse puisque j'ai à chaque fois rapidement récupérer mon équilibre sans rien savoir de l'équilibre souhaitable des hormones thyroïdiennes...
Entreprendre une telle analyse n'est pas facile. La poursuivre jusqu'à son terme encore moins. Tu dis toi-même, yarglut, que ta compagne est intelligente. C'est sans doute un atout pour la pousser à entreprendre un tel "chemin de croix".
Quand on se connaît mieux, tout est plus simple même si le parcours n'est pas facile.
De ton côté il te faut rester ferme et solide. Un point fixe, dans de telles circonstances, c'est important.
Bon courage !
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Heliotrope
Rapiette
Message:

Message

 (p441203)
Posté le: 13. Déc 2016, 10:47
Répondre en citant

Bonjour !

Yarglut, ce que tu racontes me navre. Je comprends parfaitement qu'être le conjoint d'une malade de Basedow soit particulièrement difficile à vivre. Mais tu étales la vie de la mère de tes enfants sur un forum (lui as-tu demandé son avis ?), tu mentionnes son prénom, tu mets des guillemets à femme, tu nous livres complaisamment les conclusions de ton analyse de sa personnalité et tu nous brosses un tableau peu flatteur de sa famille...

En même temps, tu décris tes épisodes de "folie dévastatrice", sans nous préciser si ce comportement est récent chez toi ou s'il existait avant la maladie de ta compagne et s'il posait problème dans votre relation.

Comment veux-tu qu'elle aille mieux dans ces conditions ? Je ne sens pas beaucoup d'empathie, chez toi, alors que ta compagne vit un enfer personnel.Une jeune femme, une jeune mère, en proie à la maladie, se retrouve face à un compagnon qui s'improvise thérapeute alors qu'il se livre lui-même à des actes violents.

Ta compagne pourrait trouver du soutien sur le forum, le connaît-elle ? Ce serait bien qu'elle vienne s'exprimer, sans faire référence à ton intervention. Juste en tant qu'elle-même, victime de Basedow, pour échanger avec des personnes qui la comprennent.

Bon courage.

Rapiette


P.S. J'ai beaucoup hésité avant d'intervenir. Je n'ajouterai rien.
Précédent   Revenir en haut
imprimer le message de: Rapiette
yargluthors ligne
Inscrit le: 31.03.16
Messages: 4
non spécifié
Message:

Message

 (p441264)
Posté le: 14. Déc 2016, 11:16
Répondre en citant

Bonjour Rapiette,

Je ne m'improvise pas thérapeute, je livre les choses que je perçois sans concessions dans l'espoir de trouver des réponses, raison pour laquelle je parles aussi de mes accès de révoltes violentes. (récentes non, ça fait plus de 10 ans que l'on est ensemble, mais quand je le peux, je pars, je m'absorbe dans une tâche ou je me détache, cela m'évite de casser quelque chose)
Je reste ouvert à la critique : J'ai retiré son prénom.
Les guillemets à "femme" sont suivi d'une parenthèse pour indiquer que nous ne sommes pas mariés, mais c'est plutôt "ma" que j'aurais du mettre entre guillemets.
Sa mère me sort par les yeux après plusieurs coups pendables. Je n'ai rien contre son père.

Ma conclusion : Basedow exacerbe un problème relationnel préalable entre nous, et n'est pas le fond du problème. Je ne peux pas l'aider car je suis une source de stress pour elle quelle que soit mon attitude. Une sorte d'épine dans le pied.

Je suis en congés parental (dépendant financièrement) et elle en arrêt maladie, je suis sous pression 7j sur 7, en prise avec un dénigrement quotidien qui dépasse les limites de l'acceptable et éprouver de l'empathie vis à vis de quelqu'un qui semble me détester reviendrait à me détester aussi.
Au contraire, je fais d'énormes effort pour me détacher émotionnellement afin de la soutenir au moins du point de vue de l'organisation de la vie quotidienne tout en me préservant.
Si je pars, je la laisse avec les enfants, elle va devoir se lever tôt pour amener le grand à l'école et gérer la petite toute seule toute la journée et je passerai pour le monstre qui abandonne ses enfants et leur mère malade
Si je reste dans son environnement, je suis pour elle une source de stress et je le paye au centuple avec l'inflation basedow.


Pour couronner le tout, Elle a trouvé ce post ce matin (non je ne lui en avait pas parlé) et ... comment dire ?! Elle est d'accord avec vous.

Me voilà bien.

Je n'exclue pas la possibilité que je sois le sale type égoïste et indiscret qui s'épanche sur les difficultés de la vie en couple quand une maladie tordue vient bousculer tous les repères, mais j'ai au moins le mérite de m'exposer pour chercher des réponses quand je sens que mon amour seul ne suffit plus, quitte à ce qu'elles ne me plaisent pas.

En tout cas, merci pour votre réponse.
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ecrire un message dans le livre d'or Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: yarglut
marie21
Message:

Message

 (p441966)
Posté le: 27. Déc 2016, 12:32
Répondre en citant

bonjour
il faut bien comprendre que ds toute pathologie, la personne malade concentré son énergie et celle-ci est mobilisée - a guérir.
Et dans un premier temps à supporter les traitements et les effets secondaires : brûlures tendinite exophtalmie epuisements psychisme fragilisé crampes crise tetanie et j'en passe.
Donc il me semble logique qu'en plus de la vie courante : travail et vie quotidienne - on peut comprendre qu'il n"y est pas de disponibilités pour les autres.
en tout cas je vous souhaite de trouver un équilibre dans votre couple.
bonnes fetes
Précédent   Revenir en haut
imprimer le message de: marie21
marie21
Message:

Message

 (p441967)
Posté le: 27. Déc 2016, 12:33
Répondre en citant

bonjour
il faut bien comprendre que ds toute pathologie, la personne malade concentré son énergie et celle-ci est mobilisée - a guérir.
Et dans un premier temps à supporter les traitements et les effets secondaires : brûlures tendinite exophtalmie epuisements psychisme fragilisé crampes crise tetanie et j'en passe.
Donc il me semble logique qu'en plus de la vie courante : travail et vie quotidienne - on peut comprendre qu'il n"y est pas de disponibilités pour les autres.
en tout cas je vous souhaite de trouver un équilibre dans votre couple.
bonnes fetes
Précédent   Revenir en haut
imprimer le message de: marie21
Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4
Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4
imprimer le sujet: Moi, le conjoint ...
Sujet: 

Moi, le conjoint ...

dans le forum: 

Répondre au sujet Moi, le conjoint ... Cette fonction est uniquement disponible pour les utilisateurs Surveiller les réponses de ce sujet Cette fonction est uniquement disponible pour les utilisateurs
Poster un nouveau sujet: 
 
You cannot post calendar events in this forum
Précédent   Revenir en haut  
Index du Forum Forums Thyroïde Basedow Moi, le conjoint ...


'Vivre sans thyroïde' | Home | Plan du site | Contact

Actualiser la barre de navigation     Effacer les cookies déposés par ce forum   |  Passer à la version mobile (beta)


        Designed and powered by  free-Si.de  and  all-Si.de         based  on          Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group     Traduction par : phpBB-fr.com